Pourquoi un projet éolien ?

Une contribution à l’atteinte des objectifs énergétiques à toutes les échelles

En 2015, la Loi sur la Transition Energétique pour la Croissance Verte (LTECV) a fixé un objectif de 32 % d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie en 2030, avec un taux d’électricité renouvelable de 40 %.

La Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) décline des objectifs chiffrés dont notamment, porter la part des énergies renouvelables à 40 % de la production énergétique en 2030 et fermer 14 de nos 58 réacteurs nucléaires en 2035.

Les objectifs de développement des énergies renouvelables ont été fixés sur la période 2020-2028 entre 33,2 et 34,7 GW pour l’éolien terrestre (contre 16,5 GW aujourd’hui).

Avec une production d’électricité d’origine renouvelable de 79 %, dont 11 % liée à l’énergie du vent, la région Bourgogne-Franche-Comté, a engagé une stratégie énergétique ambitieuse. Dans cette logique le SRADDET,  vise une augmentation de 4 fois la puissance éolien installée en 2021 d’ici 2050.

Historique

février/avril 2016 - Présentation du projet éolien au conseil municipal de Béon

mai 2017 - Délibération du conseil municipal de Béon en faveur de l'étude d'un projet éolien par JPee

été/automne 2017 - Rencontre des propriétaires et exploitants agricoles de la zone du projet

été 2018 - Lancement de l'étude écologique

novembre 2018 - Installation d'un mât de mesure du vent de 120 mètres

Distribution de la lettre d'information n°1

juin 2019 - Point d'étape devant le conseil municipal de Béon

juillet 2019 - Lancement de l'étude paysagère et de l'étude d'impact
Information dans le bulletin municipal

mars 2020 - Démontage du mât de mesure du vent

été 2020 - Analyse des variantes d'implantation du projet

septembre 2020 - Information dans le bulletin municipal

octobre 2020 - Distribution de la lettre d'information n°2

Zone d’implantation potentielle

Études

L’étude environnementale

Le bureau d’études ENVOL Environnement a été missionné par JPee afin de réaliser l’état initial et l’analyse des impacts sur l’environnement (faune, flore et habitats).

L’inventaire de l’état initial écologique a débuté à l'été 2018. Des recensements des espèces animales et végétales sont en cours pour une année (un cycle biologique complet).

47 sorties sur le terrain ont été nécessaires pour le recensement de la faune et de la flore et la cartographie des habitats.

Cet état initial permet de guider JPee dans le choix d’implantation des éoliennes en fonction des sensibilités détectées. La configuration retenue du projet a pour but d’éviter ou de réduire au maximum les impacts.

L’étude acoustique

Le bureau d’études Gamba a été missionné. L’analyse de l’état initial a consisté à poser 5 sonomètres (micros) enregistrant en continu l’ambiance sonore au niveau des habitations autour de la zone d’étude du projet.

La campagne de mesures acoustiques s’est déroulée pendant 5 semaines de juin à juillet 2019. La zone d’étude a ainsi été cartographiée acoustiquement et l'impact prévisible des éoliennes a pu être simulé.

Points de mesure pendant la campagne acoustique

L’étude paysagère

Le bureau d’études ABIES a été missionné pour réaliser l’étude paysagère du projet.

Les missions sont les suivantes : recensement des sensibilités du territoire sur un rayon de 20 km autour de la zone d'implantation du projet, réalisation d'une quarantaine de simulations visuelles (depuis les villages et hameaux, les axes routiers et les monuments historiques) et l'étude de différents scénarios d'implantation.

Etude paysagère

L’implantation retenue et les caractéristiques principales

Éoliennes Puissance unitaire 4,2 MW
Puissance totale 12,6 MW
Nombre 3
Longueur des pales 73 m
Hauteur de mât 105-115-125 m
Hauteur en bout de pale 180-190-200 m
Caractéristiques Production annuelle 29 200 MWh
Foyers équivalents (avec chauffage) plus de 6 500 foyers
Tonnes de CO2 évitées 2 170 tonnes CO2 / an
Durée de vie 25 ans
Investissement prévisionnel 16 millions €

 

Le raccordement au réseau électrique

Le raccordement s’effectuera probablement au poste source le plus proche du projet éolien de Béon, il s’agirait du poste source de Paroy à Joigny (à 8,5 km environ). Une autre solution consiste à se raccorder directement au niveau de tension supérieure (HTB), en créant un poste de transformation à proximité d’un ouvrage de transport sur le réseau. Le choix du raccordement s’effectuera en concertation avec RTE et Enedis, gestionnaires du réseau.

Le raccordement entre ce poste et le parc éolien se fera en souterrain par enfouissement des lignes électriques.

Quand il est réalisé le long des axes de circulation, il permet de ne pas impacter les milieux naturels tout en préservant les aspects paysagers. Cette phase de chantier sera réalisée par le gestionnaire du réseau : Enedis.

L'intégration du projet

Un échantillon des simulations visuelles réalisées dans le cadre de l’étude des impacts paysagers (42 photomontages qui figureront dans l’étude d’impact) est présenté ci-après.

A - Depuis la RD47 au sud de Bussy-en-Othe

B - Depuis la RD153 entre Neuilly et Senan

C - Depuis la chapelle Ermitage de Montholon

D - Depuis Sépeaux, au lieu-dit les Pillars

E – Depuis les quais de Joigny

F – Depuis l'entrée ouest de Senan

G – Depuis la RD89 entre Senan et Volgré

H – Depuis La Celle Saint-Cyr, au lieu-dit Loivre

I – Depuis la RD943, au lieu-dit Grand-Bailly

J – Depuis l'église de Béon

Les mesures de réduction et d’évitement des impacts

Une fois les enjeux identifiés dans les états initiaux des études menées, nous pouvons appliquer des mesures dans le cadre du processus Éviter, Réduire, Compenser (ERC) afin que le projet ait un impact le plus faible possible. Ces mesures font l'objet d'une discussion entre les bureaux d'études, les acteurs du territoire et les services de l’État ; elles sont encore en cours d'élaboration.

Voici quelques mesures qui seront prises dans le cadre de ce projet :

Mesures
Environnement

Évitement Implantation hors des secteurs sensibles pour la biodiversité - préservation totale des habitats
Évitement Gabarit d'éolienne avec une hauteur supérieure à 30 mètres entre le bas de la pale et le sol : limitation des risques de collision pour les oiseaux et les chauves-souris
Réduction Chantier prévu en dehors des périodes des nidification
Réduction Bridage des éoliennes en fonction des saisons et de l'activité des chauves-souris
Paysage Évitement Implantation intégrant les enjeux paysagers les plus significatifs
Évitement Nombre d'éoliennes réduit
Réduction Implantation géométrique lisible
Réduction Intégration paysagère du poste de livraison et enfouissement des lignes électriques
Acoustique
Réduction Mise en place d’un bridage acoustique spécifique
Réduction Installation de serrations sur les pales